CCP des contractuels de statut unique (10 juin 2021)

image_pdf

La CCP des contractuels de statut unique s’est réunie le 10 juin 2021, sous la direction de Guillaume Duchesne, adjoint au sous-directeur de la gestion des carrières et de la rémunération (SDCAR), en présence d’Angélique Pluta, cheffe du bureau de gestion des personnels contractuels.

La CFDT était représentée par Frédéric Nabucet, Martine Beauvois et Salhia Bouadla.

Cette CCP, qui concerne un nombre désormais confidentiel d’agents (6 en catégorie A, 3 en catégorie B, 10 en catégorie C) ne s’était pas réunie depuis 2019.

La CFDT est intervenue pour dénoncer le blocage de rémunération que les contractuels de statut unique subissent depuis plusieurs années.

L’administration a présenté la possibilité d’un droit d’option pour rejoindre les contractuels de droit commun. Ce droit d’option permettrait de débloquer la situation des contractuels de statut unique : le passage au régime de droit commun permettrait une revalorisation des contrats de l’ordre de 5%. À cela s’ajouterait la possibilité d’une revalorisation triennale — pour ceux qui seront encore en activité.

Si la CFDT peut accueillir la mesure favorablement, elle est surprise par la date d’entrée en vigueur proposée par l’administration : le 1er janvier 2022.

En effet, dans ces conditions, compte tenu de l’âge des intéressés et des départs en retraite à venir, très peu d’agents bénéficieront de la mesure, et encore moins de la revalorisation triennale.

Pourtant, selon les informations communiquées en séance, la DGAFP aurait donné son accord pour ce droit d’option. Il n’y a donc aucune barrière empêchant une application de la mesure à l’issue de la CCP. C’est la raison pour laquelle la CFDT a sollicité la secrétaire générale du MAA pour une application de la mesure au 1er juillet 2021 pour les 6 agents de catégorie A et les 3 agents de catégorie B concernés. S’agissant des 10 agents de catégorie C (ex-Berkaniens), le statut unique, par le biais des réductions d’ancienneté, leur est favorable. Toutefois, le droit d’option devrait leur être également proposé.

Par ailleurs, comme le reconnait le SRH, les rémunérations des contractuels du statut unique sont bloquées depuis plusieurs années. Le droit d’option proposé, même s’il s’appliquait au 1er juillet 2021, ne permettrait pas de compenser ce blocage de rémunérations qui dure depuis 10 ans.

De ce fait, la CFDT a soumis à l’approbation de la secrétaire générale du MAA la recherche d’une mesure de rattrapage par le biais des primes existantes (prime de technicité, d’activité, IAT, etc.) ou bien par le biais de mesures catégorielles.

À ce jour, cette demande n’a pas encore reçu de réponse.

Nous ne manquerons pas de vous informer de la suite réservée à notre action.