Télétravail au MAAF : qui paie quoi ?

image_pdf

Les répartitions sont clairement déterminées dans le § IV-4 de la note de service SG/SRH/SDDPRS/2016-664 du 11 août 2016 :

Administration : ordinateur portable et périphériques, téléphone mobile avec abonnement voix et fournitures de bureau.

Agent : connexion internet, moyens d’impression et aménagement des locaux et du poste de travail.

 

2 Commentaires on "Télétravail au MAAF : qui paie quoi ?"

  1. Ces « arrangements » sont en contradiction avec l’article 6 du décret 2016-151 du 11 février 2016 :

    L’employeur prend en charge les coûts découlant directement de l’exercice des fonctions en télétravail, notamment le coût des matériels, logiciels, abonnements, communications et outils ainsi que de la maintenance de ceux-ci.

  2. Nous vous remercions pour votre commentaire.

    Il convient de souligner que c’est l’intervention du SPAgri-CFDT auprès du ministre en novembre 2015 qui a permis de faire évoluer positivement ce dossier. En effet, la mise en place du télétravail au MAAF rencontrait une certaine hostilité.

    Le sujet de la prise en charge par l’administration des « coûts découlant directement de l’exercice des fonctions en télétravail » (Article 6 -du Décret 2016-151 di 11 février 2016) a fait débat lors du CTM du 7 juillet 2016, notamment pour ce qui est du mobilier ou des abonnements à usage « mixte » (professionnel et privé).

    En effet, exiger le financement du mobilier et des abonnements pourrait être de nature à limiter l’accès au télétravail pour de nombreux agents, compte tenu des contraintes budgétaires.

    En outre, le remboursement de l’accès internet ne pourrait se faire que pour les jours en télétravail. En admettant que le télétravail concerne 2 jours par semaine, le remboursement interviendrait sur 8/30 du prix de l’abonnement internet. A cela il faut ajouter que le bénéfice du remboursement du titre de transport domicile-travail serait également amputé au prorata. Vous conviendrez que cela induirait une charge administrative coûteuse et peu productive.

    Par ailleurs, le sujet du télétravail ne faisant pas l’unanimité syndicale, le SPAgri-CFDT a estimé qu’il n’était pas souhaitable d’en faire un point de crispation et a privilégié la facilité et la rapidité de mise en œuvre.

    Au cours des prochains mois, le SPAgri-CFDT sera très attentif et disponible pour épauler les agents, tant pour ce qui est des demandes individuelles que pour toute démarche collective (CT local, CHSCT …).

    Un point régulier sera sollicité dans les instances du MAAF à ce sujet.

    Aussi, n’hésitez pas à nous faire faire parvenir vos retours d’expériences !

Les commentaires ne sont plus possibles