Point travaux et déménagements pour les sites d’administration centrale (11 mars 2020)

image_pdf

Le groupe de travail sur la relocalisation des services du ministère de l’Agriculture en administration centrale, réuni le 11 mars 2020, était présidé par Marc Rauhoff, sous-directeur de la logistique et du patrimoine (SDLP), accompagné notamment de Philippe Gigou, son adjoint, d’Isabelle Cenzato, cheffe de la mission des affaires générales (secrétariat général), d’Odile-Anne Nicolet, chef du bureau des moyens des services (BMS) , de Patrice Mourlot, chef du bureau du patrimoine immobilier, de Christelle Touze du pôle projets immobiliers et d’Alexandre Lapeyre du bureau de la sécurité et de la maintenance des bâtiments.

La CFDT était représentée par Stéphanie Clarenc, Pierre Jouvanceau et Patricia Monin.

L’objectif était de faire le point sur l’actualité des travaux et déménagements dans les différents sites parisiens.

En préambule, il est fait le constat que l’information en ligne sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI), qui porte sur le planning général des opérations et sur les réponses apportées aux différentes questions posées lors des réunions de travail organisées par la SDLP, n’a pas été mise à jour depuis le point SPSI en CT-AC du 21 mars 2018. Il s’agit d’un oubli et une mise à jour de ce document sera effectuée sur l’intranet après cette réunion. S’agissant du SPSI ministériel, la secrétaire générale du MAA a été auditionnée le 27 février dernier par le conseil de l’immobilier de l’État, organisme qui suit et évalue l’avancement de la démarche de modernisation et l’évolution du parc immobilier de l’État et de ses opérateurs. Il sera présenté au prochain groupe de travail, prévu le 21 avril 2020.

Travaux

• Barbet-de-Jouy

Concernant le restaurant inter-administratif (RIA), « La Grignote » est fermée depuis de nombreux mois (fin 2019) à cause d’un problème, l’été, de températures trop élevées dans les vitrines réfrigérées. L’administration a décidé de remplacer ces vitrines courant avril en tenant compte des difficultés précédentes, notamment de motorisation.

Des travaux d’électricité sont prévus dans la partie restauration : éclairage des salles de restauration et de cuisson, remplacement d’un disjoncteur général qui dysfonctionne.

Des travaux sont aussi prévus pour changer et/ou rénover les sanitaires et les douches vétustes des employés de l’Auri.

Après le remplacement de 140 fenêtres et des habillages extérieurs, le remplacement des huisseries se poursuivra progressivement dans ce bâtiment, côté rue Barbet-de-Jouy. Les stores ont également été remplacés.

En réponse à la CFDT qui a évoqué le cas particulier des doubles fenêtres, l’administration précise que dans certains bureaux des films translucides ont été posés sur le bas des fenêtres. Sur les nouvelles huisseries, un traitement anti-UV des fenêtres atténue le rayonnement mais en aucun cas la sensation de chaleur.

La CFDT demande que le sujet des stores sur la partie basse des fenêtres soit pris en compte dans les réflexions à venir.

Concernant les travaux de requalification de l’entrée du site, les études sont en cours de finalisation (2020-2021 : recrutement du maître d’œuvre et passation du marché). En tout état de cause, les travaux ne pourront pas démarrer avant 2022, car il paraît difficile de neutraliser le parking souterrain de Barbet-de-Jouy en même temps que celui de Varenne. Le choix de l’administration entre les 2 scénarios connus, qui était annoncé pour fin 2019, n’est toujours pas arrêté. Le sujet sensible du stationnement des vélos est toujours en cours d’examen.

• Varenne

Les huisseries ont été remplacées et les stores ont été mis en place. La mise aux normes des garde-corps, côté galerie Sully, est en cours.

Les réflexions sur le renouvellement des huisseries se poursuivent en liaison avec les Bâtiments de France. Les huisseries du bâtiment C n’ayant pas de valeur historique, elles pourront être remplacées par des fenêtres à double vitrage. Un maître d’œuvre est en cours de recrutement.

Dans le bâtiment D, la réfection des parquets a occasionné beaucoup de bruit mais le résultat est vraiment très beau. L’escalier d’origine, en bois, s’arrêtait au 4e étage ; il a été prolongé d’un étage par une extension, elle aussi en bois mais à l’aspect plus contemporain. Les sanitaires ont été refaits. Des faux plafonds en bois ont été posés, des sols gris sur l’ensemble des surfaces hors parquet et plus aucune armoire dans les couloirs. Une visite du bâtiment rénové est à prévoir.

Les travaux qui porteront sur le bâtiment E débuteront quant à eux début juin 2020. Ils s’étaleront jusqu’à la fin de l’année 2021 avec une mise aux normes de l’accessibilité, du réseau informatique, de la téléphonie IP, de la sécurité incendie. Il est rappelé que les travaux de surélévation de ce bâtiment permettront de créer 70 postes de travail supplémentaires.

Le but, dans le cadre des différentes opérations de ce chantier, est de limiter au maximum les nuisances sonores en calant les phases les plus bruyantes pendant l’été et en libérant les zones les plus exposées, notamment lors de la démolition de l’escalier nord (mi-juillet à mi-octobre), de la démolition des « sheds » (toiture en dents de scie) au mois d’août, ou encore en installant une bâche acoustique sur les échafaudages, côté jardin du ministre.

La CFDT demande que soit étudiée la possibilité de télétravail pour les agents pendant les périodes les plus bruyantes de ces travaux.

L’administration n’en exclut pas l’idée si besoin était. Ce point n’est cependant pas du ressort de ce groupe de travail ; il devra être mis à l’ordre du jour d’un CT et d’un CHSCT.

Une grue va être installée pendant toute la durée des travaux. À l’occasion de son montage et pour permettre le stationnement des camions, il y aura des fermetures à la circulation de la rue de Varenne et il sera même envisagé d’éventuellement la mettre en sens unique.

La fin des travaux de gros œuvre est programmée pour le mois de mai 2021.

Il est rappelé que le parking de Varenne sera neutralisé. Les stationnements seront reportés à Barbet-de-Jouy (10 places le sont déjà). La gestion de l’occupation des places de parking risque d’être « tendue ».

Du fait de la neutralisation de 7 salles de réunion (Gambetta, Trémouille, Sycomore, salle visio, Epicea, Acacia, Olivier), de nouvelles salles vont être réservables sur « Mosar » dans les bâtiments A et B du site de Maine et dans le bâtiment D du site de Varenne (3 salles dont 1 visio). Un marché de location va être ouvert pour des salles de capacité équivalente à la salle Gambetta et également un partenariat avec AgroParisTech (site de Maine) et les services du Premier ministre, jusqu’en septembre 2021.

Dans le périmètre de la zone de chantier, seront aussi neutralisées les cours n° 3 et n° 4 et, partiellement, la cour n° 2. Les piétons rejoindront le bâtiment D par un parcours aménagé le long des cours 3 et 4, adapté aux personnes à mobilité réduite.

Déménagements

Les opérations de déménagement, programmées entre avril et juin 2020, vont concerner 400 postes de travail. Il s’agit de libérer les bureaux concernés par les travaux ou exposés aux nuisances sonores pendant les travaux.

Les micro-zonings ont été étudiés avec la MAG du secrétariat général en concertation avec les services. L’administration en présente les résultats site par site. Certaines structures vont devoir se « densifier » (en clair : se resserrer), afin d’accueillir les agents qui subissent des déménagements. Il s’agit de libérer le bâtiment E (184 postes de travail), de réutiliser le bâtiment D pour 78 agents (retour de la SDLP notamment) et de redéployer 160 postes de travail sur le site de Maine.

• Varenne, bâtiment E

Une partie du bureau de l’informatique de proximité (BIP) et le bureau de la sécurité et de la maintenance des bâtiments (BSMB) vont se redéployer sur la partie libérée par le département « missions » du BML (bureau des moyens logistiques), au rez-de-chaussée du bâtiment C.

La CFDT libère la salle B014 pour qu’y soit installé l’atelier du BIP. La permanence CFDT de Varenne aura désormais ses bureaux au 5e étage du bâtiment A.

La Dicom se « densifie » au 5e étage afin de libérer des bureaux au 4e étage pour la MAG du secrétariat général et la mission de pilotage du programme 215.

Le bureau de gestion des personnels de catégorie B et C (BBC) rejoint le site de Maine.

• Barbet-de-Jouy

Le SSP et la DGPE se « densifient » pour libérer plusieurs bureaux (6 pour la SSP et 4 pour la DGPE) afin d’y loger les 7 personnes de la médiation des relations commerciales agricoles, venant de Varenne, après des travaux de réaménagement des pièces (insonorisation, cloisonnement, salle d’archives sécurisée…). Le couloir restera ouvert pour des raisons de sécurité incendie.

La CFDT fait remarquer que chaque bureau attribué à la médiation commerciale fait entre 18 m² et 25 m², alors qu’on demande aux agents du SSP et de la DGPE de réduire leur espace.

L’administration reconnaît une certaine précipitation et un manque de communication sur ce sujet, les agents ayant appris le 25 février  qu’ils devaient libérer les bureaux pour le 6 mars.

• Vaugirard

L’autre partie du BIP, ainsi que l’équipe Pastel et le standard, rejoindront le site de Vaugirard. La SDSI accueillera à son étage 3 agents du BIP.

• Planning

Le début des déménagements s’opèrera durant la dernière semaine de mars  et s’échelonnera jusqu’à la fin du mois de mai 2020.

Le bâtiment D de Varenne et la totalité du site de Maine seront équipés de nouveau mobilier (armoires, sièges, bureaux, tables de réunion…). L’ancien mobilier n’était en effet plus adapté aux locaux rénovés. Pour ce qui concerne le site de Maine, ce nouveau mobilier aura vocation à retourner à Varenne après les travaux. Un dispositif de brise-vue, permettant une certaine intimité, sera installé dans les bureaux où les agents seront regroupés à plusieurs.

Pour les bureaux de gestion (SRH), le déménagement sera plus long du fait des mètres linéaires de dossiers qui sont importants. De plus, les déménagements seront organisés pour ne pas perturber le travail dans les moments cruciaux (périodes de paye).

Enfin, il est impossible de réduire la durée de l’opération de déménagement, car le site de Maine n’est pas assez vaste pour accueillir simultanément tous les camions de déménagement.

Points divers

• Vaugirard

Des travaux sont prévus dans la cantine, qui fermera le 30 juin, et sur les bâtiments de la Mutualité qui jouxtent le bâtiment occupé par la DGAL et le CGAAER. Les agents craignent les nuisances de tout ordre : le bruit, les poussières, la restriction des parkings… Sur ce dernier point, l’administration assure qu’il n’y aura pas d’impact. Il est prévu d’utiliser du matériel conçu pour limiter les nuisances acoustiques.

La fédération nationale des mutuelles françaises (FNMF), interlocuteur du ministère sur ce dossier, a indiqué qu’il s’agissait d’un curage complet des bâtiments (mise à nu de la structure) avec une rénovation destinée à leur redonner leur aspect «industriel» d’origine. Ces travaux, qui débuteront en octobre 2020, s’étaleront jusqu’en 2023.

• Signalétique (tous sites)

Tous les travaux ont été réalisés avec un très bon retour des agents et des usagers. La nouvelle signalétique du bâtiment D rénové est en cours.

• Schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI)

Il sera établi au regard des travaux effectués et en tenant compte des recommandations du ministère des Finances sur le ratio surface utile nette par agent (qui passe en 2021 de 12 m² à 10 m²). Cette surface inclut également les salles de réunion avec fenêtres et tout espace ouvert sur l’extérieur qui peut être transformé en bureau. Le contexte du bail de la DGAL et de la DPMA (localisée à La Défense alors que c’est une direction du MAA) est également pris en compte. Le SPSI est en cours de réflexion et propose plusieurs scénarios. Il sera établi après un travail de repositionnement complet à l’issue de l’ensemble des opérations de relocalisation des services du MAA.

À noter que l’occupation des locaux par les syndicats, qui sera fixée à l’issue d’un prochain groupe de travail sur les moyens syndicaux, sera calculée à part, sur la base de la surface utile non pas nette mais brute.