Point travaux et projets pour les sites d’administration centrale (septembre 2019)

image_pdf

Le groupe de travail sur la relocalisation des services du ministère de l’Agriculture, réuni le 17 septembre 2019, était présidé par Philippe Mérillon, secrétaire général adjoint, accompagné notamment de Marc Rauhoff, sous-directeur de la logistique et du patrimoine (SDLP), d’Alexandre Lapeyre, du bureau de la sécurité et de la maintenance des bâtiments à la SDLP, et de Jeannine Benoliel, médecin de prévention en administration centrale.

La CFDT était représentée par Stéphanie Clarenc, Pierre Jouvanceau et Patricia Monin.

L’objectif de cette réunion, après celle du mois d’avril 2019 qui portait essentiellement sur le projet de réaménagement de l’entrée du site de Barbet-de-Jouy, était de faire le point sur l’avancement des travaux en cours ou les projets sur les différents sites.

• Barbet de Jouy

Le chantier de remplacement des huisseries donnant sur la rue de Varenne se poursuit. Quelques ajustements dans le planning ne remettent pas en cause l’achèvement, prévu pour novembre 2019. La date des travaux concernant les locaux de l’Asma-RP est elle aussi légèrement décalée (octobre 2019).

La CFDT évoque le sujet de l’ouverture limitée des huisseries (9 cm maximum) qui a posé problème lors des épisodes de canicule.

L’administration rétorque que les limiteurs d’ouverture sont des dispositifs destinés à lutter contre « le risque de défenestration ». Elle signale que certains de ces dispositifs, pourtant débrayables, ont été déposés par des agents, ce qui, outre les problèmes de sécurité, risque de remettre en cause la garantie lors de la réception des travaux. Par ailleurs, des entrebâilleurs vont être prochainement installés pour éviter que les huisseries ne se referment de façon intempestive.

La CFDT avait interpellé la secrétaire générale au plus fort de l’épisode caniculaire pour demander une augmentation temporaire de l’ouverture des fenêtres. Elle s’était vu opposer une fin de non-recevoir. La possibilité de débrayage temporaire, annoncée ici même à l’instant comme une évidence, n’était pas du tout évoquée dans la réponse de la secrétaire générale. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que des agents, excédés, aient procédé au démontage des limiteurs. La CFDT réitère donc sa demande d’une plus grande amplitude de l’ouverture des fenêtres, pas seulement pendant les épisodes de forte chaleur. Une augmentation raisonnable (à 15 cm par exemple) permettrait a minima un meilleur rafraîchissement des locaux. Enfin, la CFDT estime qu’une vraie politique de prévention des risques psychosociaux serait bien plus efficace qu’une mesure purement technique de blocage des fenêtres pour lutter contre le « risque de défenestration » — doux euphémisme pour une dure réalité.

L’administration indique qu’elle prend très au sérieux la question des épisodes de forte chaleur, vraisemblablement appelés à se reproduire. Le retour d’expérience des problèmes liés à la canicule, prévu au prochain CHSCT d’administration centrale, permettra d’alimenter la réflexion sur ce sujet.

Concernant l’aménagement de l’accès au site, la consultation se poursuit actuellement. Le CT-SG reste à consulter. Aucun scénario n’a été retenu pour l’instant ; le choix pourrait intervenir en fin d’année 2019. Quelques problèmes restent encore à traiter, notamment l’épineuse question des livraisons. Des discussions avec la mairie de Paris sont entamées pour voir s’il est possible de libérer des places de parking dans la rue et les réserver aux livraisons. (Le problème se pose d’ailleurs dans les mêmes termes pour la rue de Varenne.)

La CFDT demande où en est la réflexion sur le parking à vélos. Les deux projets présentés proposent en effet un hébergement souterrain qui ne lui paraît pas idéal.

Philippe Mérillon indique que l’espace vert de Barbet-de-Jouy est protégé ; dans ces conditions, il est difficile d’imaginer la création d’un abri à vélos extérieur. Pour régler le problème de la cohabitation voitures-vélos lors de l’accès au parking souterrain, Marc Rauhoff propose de créer une zone de circulation vélos matérialisée.

• Lowendal

Les nouveaux bâtiments de la DGER semblent appréciés par les agents. Il existe cependant un problème de ventilation pas assez forte.

Les travaux engagés par l’ambassade d’Inde, voisine, pour la création d’une issue de secours, sont reportés, l’entreprise ayant fait faillite.

• Vaugirard

La rénovation de la salle C068 est achevée. Un chantier de rénovation de bureaux pour le CGAAER va débuter.

La demande des agents concernant l’augmentation du nombre de places pour les vélos, ainsi que l’éclairage du parking à vélos, est pour l’instant en attente, la discussion avec le propriétaire du site s’avérant difficile.

La CFDT soulève l’existence d’un problème de ventilation assez important sur ce site, à la suite duquel des agents ont développé des pathologies.

L’administration prend note de ce problème.

La CFDT demande des précisions sur l’éventualité d’un transfert de la DGAL à Maisons-Alfort ou à AgroParisTech.

L’administration répond qu’un état des lieux a été confié à un consultant externe en vue de l’établissement du futur plan d’occupation. Les perspectives devraient être plus claires en fin d’année. L’hypothèse la plus probable serait de conserver le site d’AgroParisTech-Maine et de résilier le bail de Vaugirard, qui court jusqu’en 2025 mais pourrait être ramené à 2022.

• Varenne

La période de pic des travaux les plus bruyants dans le bâtiment D est passée. La majorité de ces travaux ont eu lieu pendant les vacances, en dehors des heures ouvrables, le samedi ; cependant quelques nuisances sonores, inévitables, ont été constatées. Les agents déplacés sur le site de Maine devraient réintégrer ce bâtiment dès la fin des travaux (vraisemblablement en avril 2020).

À cette date commenceront d’importants travaux dans le bâtiment E (notamment, construction d’un 5e étage, avec création de 25 postes de travail, et surélévation des locaux occupés par le bureau de l’informatique de proximité, avec création de 10 à 12 postes de travail). Les agents seront donc relocalisés soit dans les autres bâtiments de Varenne, soit à Maine ; la réflexion sur ce sujet est toujours en cours.

La CFDT souhaiterait que les déménagements de site à site soient limités pour éviter les déplacements inconsidérés des personnels.

Philippe Mérillon indique que différents scénarios ont été examinés mais que la ligne directrice retenue est de favoriser la cohésion des équipes et des structures de travail ; par ailleurs, chacun doit participer à l’effort.

Les travaux impliquent la fermeture des 5 salles de réunion (Trémouille, Gambetta, Sycomore, Olivier, Epicea, Acacia) et du parking. L’administration devra donc trouver d’autres salles de réunion à réserver auprès des opérateurs du MAA, d’autres ministères, des services du Premier ministre, de la préfecture d’Ile-de-France… à titre gratuit ou, en tout cas, à des tarifs moins exorbitants que ceux pratiqués actuellement par le ministère de la Santé, par exemple. Les places de parking, quant à elles, seraient transférées vers Barbet-de-Jouy (capacité actuelle : 49 places).

L’administration insiste sur le fait que toutes les relocalisations consécutives à ces travaux d’importance (le « zoning » final) doivent s’inscrire dans le schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI) du ministère de l’Agriculture. Cette question sera notamment abordée au prochain comité technique d’administration centrale (CT-AC). On n’échappera pas non plus à une réflexion plus globale sur ce que doit être « l’administration centrale de demain ».Enfin, la réflexion sur un nouveau ratio « m2 par agent », qui passerait de 12 m2 à 10, sera incontournable.

Le chantier de changement des stores extérieurs est achevé. Il reste à finaliser la mise aux normes des garde-corps (fin novembre 2019).

Un bilan global des remplacements d’huisseries sera conduit en présence de l’architecte des Bâtiments de France. À cette occasion, une réflexion sur la possibilité d’extension du périmètre des huisseries à remplacer sera conduite.

Une mise à niveau de la vidéoprotection est en cours ; elle fait suite à l’audit conduit par le ministère de l’Intérieur, qui concluait à la vulnérabilité du site de Varenne sur cette question.

• Hôtel de Villeroy

Les travaux d’installation de l’espace de restauration au sous-sol se feront en site « non occupé » pour éviter les nuisances sonores. Les agents seront donc délocalisés, peut-être dans des locaux mis à disposition par les services du Premier ministre. La réflexion n’est pas terminée sur ce sujet et l’échéancier n’est pas encore établi.

• Site d’Auzeville

Les travaux de rénovation du hall d’entrée, bien avancés, concernent la mise en place d’un nouveau contrôle d’accès (borne d’accès puis portiques de sécurité).

• Signalétique (tous sites)

Le plan est validé. La pose se fera courant novembre 2019 (durée environ 3 semaines).

• Visioconférence

Le secrétariat général indique qu’il fera une information sur le fonctionnement de Jitsi auprès des agents.

Concernant l’équipement des salles de visioconférence, les organisations syndicales ont exprimé unanimement la nécessité d’un tutoriel, même sommaire, tant les matériels et leur mise en œuvre sont différents d’une salle à l’autre.

 

> La prochaine réunion du groupe de travail est prévue le mardi 19 novembre 2019.